Bienvenue sur la Commune de Rieux

Théâtre - Durétie à Rieux

Animation
Date: mercredi 24 juillet 2019 19:30 - samedi 10 août 2019 19:30

Lieu: RIEUX 56350

PRESENTATION DU SPECTACLE DE THEATRE EN PLEIN AIR « LA RANÇON 2019 »

D'après « La Remise », œuvre de Roger PLANCHON

 

Sur le site de Bodigon, commune de RIEUX (56350)

 

Que nous raconte La Rançon de 2019 ?

 

L’histoire que raconte la Rançon se déroule entre 1923 et 1954, sur fond de quatre guerres où la France est directement impliquée : une qui vient de se terminer en dix-huit, la seconde guerre mondiale, l’Indochine, et une quatrième en vue, l’Algérie. Le vingtième siècle n’a pas été tendre.

Dans le village de Terdieu, la vie n’est pas tendre non plus. Terdieu, c’est un village de France. C’est aussi l’anagramme de Duretie (ancien nom de Rieux à l’époque gallo-romaine), dans lequel on entend aussi bien Rieux, que Terre et Dieu.

A Terdieu, la famille Chausson, dirigée par Émile, s’acharne sur une terre difficile à travailler et qui demande beaucoup d’engagement. Seuls des irréductibles comme Émile et Constance, sa femme se maintiennent parce qu’ils aiment viscéralement la Terre : « Celui qui n’a pas de terre, ne peut pas comprendre », dit Chausson.

On peut admirer et détester ce dur personnage, comme probablement ses deux fils le font. L’aîné partira très vite travailler à l’usine, dans une fabrique locale que Chausson tentera d’incendier, car il ne supporte ni l’endroit, ni l’idée que son fils puisse y aller gagner un salaire.

Dans une ville proche, nous entrerons dans un hôtel, où se retrouvent quelques paumés de la terre, fracassés par les guerres et la vie simple quand cela tourne mal. On y retrouvera le deuxième fils des Chausson au retour de la guerre d’Indochine. L’homme est abîmé. Il rentre au pays, fragilisé par la dureté des combats dans les rizières. Il rentre à Terdieu, qu’il dût quitter après des événements qui le poursuivent encore ! Sur la terre de son enfance et de sa jeunesse, quelques blessures étaient à vif, et elles ne sont pas cicatrisées au retour d’Indochine. C’est un animal blessé qui retrouve ses parents et les habitants de Terdieu où la Terre et Dieu sont de plus en plus présents dans les vies. Ce dernier est de plus en plus interrogé, qu’il soit devant soi, devant le miroir où l’on se regarde vieillir, ou dans un Là-haut symbolique. Il y est question de son silence, de sa patience, de son indulgence, de son abandon !

Ce ne serait ni pertinent ni juste si tout cela était raconté avec un pessimisme noir, sans rires, sans passions, sans une grande préoccupation, à ne pas juger trop vite, à ne pas condamner ou applaudir trop vite.

C’est tout l’intérêt de ce texte et nous en ferons un bon usage, si l’on n’oublie pas qu’il est porteur de vies simples, mais aussi fortes, passionnantes, et qui nous renvoient à nos propres vies et à nos engagements.

Aussi, on « entendra » bien tout cela, grâce à l’humour qui s’amuse ici à danser avec la rudesse des temps modernes et ….anciens !

On « regardera » bien tout cela, en entendant l’Amour qu’il faut pour conserver au mieux notre Terre, que l’on en possède quelques lopins ou bien parce que l’on sait qu’elle est tout à la fois notre nourrice, notre berceau et notre demeure finale.

Christophe Rouxel

Metteur en scène

le 30 novembre 2018